Publié le 16 février 2015

Etude : les métiers marketing et communication de la transition digitale

 

Après avoir été l’un des premiers syndicats à oser le rapprochement de la logistique et du digital, le Sncd a tout naturellement accepté d’être partenaire de l’étude sur les métiers et les compétences de la transition numérique dans le secteur du marketing et de la communication menée par l’IAB. Les résultats de cette étude ont été dévoilés lors d’une table ronde le 12 février à l’occasion des TechDays de Microsoft. Nathalie Phan Place est intervenue pour le Sncd dans cette table ronde aux côtés de l’IAB, de Microsoft, de La Poste, de l’Acsel et d’Aquent.

Quels enseignements cette étude apporte-t-elle pour les métiers du Sncd ?

Tout d’abord, cette étude, qui traite à la fois du contenu et des data, confirme que la data et le ciblage sont au cœur des spécificités et du process du marketing digital. Un constat qui conforte le positionnement du Sncd sur le traitement et l’analyse des données en faveur d’un ciblage toujours plus fin des communications directes intégrant notamment des données comportementales.

L’étude a permis de classer les métiers selon les critères de maturité/durabilité. Si les métiers de Chef de projet e-CRM et de Data scientist n’apparaissent pas comme les métiers les plus matures, ils entrent en revanche dans le Top 3 des métiers amenés à perdurer, le métier de data scientist arrivant même en première position avec 85% de citations (78% pour le Chef de projet e-CRM). Une tendance plutôt bienvenue au moment où le Sncd annonce l’ouverture d’un atelier Data scientist/Data analyst destiné à offrir à ces collaborateurs clés des entreprises du Big Data un espace d’échanges tant sur des aspects strictement techniques que sur des best practices.

La cartographie des métiers développée dans l’étude est également riche en enseignements quant à l’évolution possible des métiers, évolution directement liée à celle de la technologie. Si le CRM fait toujours partie des métiers dominants, il est tout en bas de l’axe des spécificités des métiers. Alors que les métiers de Data analyst et de Data scientist, qui font également partie des métiers dominants, sont clairement dans la partie supérieure de ce même axe. L’étude évoque ainsi parmi les scenarii d’évolution possible celle du CRM vers le Data analyst et le Data scientist. Une évolution vers les métiers émergents de Gestionnaire de data management platform ou de Chief data officer fait également partie des schémas envisagés.

En termes de compétences, il est intéressant de constater que l’on retrouve parmi les compétences digitales essentielles nécessaires pour le marketing traditionnel celles qui sont l’expression des métiers du Sncd, avec notamment la maîtrise des outils d’analyse (59%), la mise en place de DMP (46%), la gestion de bases de données et le CRM (43%), l’e-mail marketing (39%).

Notons que paradoxalement les métiers très exigeants de Data scientist et de Chef de projet e-CRM, qui demandent pourtant des compétences techniques spécifiques, sont parmi les métiers du marketing digital les moins bien formés (63% des répondants pour les Data scientists et 40 à 50% pour les Chefs de projet e-CRM). Un véritable enjeu de formation, donc, pour ces métiers en plein essor qui vont devoir définir leur rôle dans l’entreprise ainsi que les compétences associées dans les prochaines années.

D’un point de vue plus général, les résultats de cette étude viennent confirmer la nécessité toujours plus grande pour les salariés de notre secteur d’être apprenants, curieux, ouverts aux évolutions techniques, agiles et débrouillards !

 

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger la présentation.